top of page

Cultiver son féminin pendant un cancer

« Même quand on traverse la pire des épreuves, on a le droit de resplendir ! », « On a le droit de se chouchouter et de se trouver belle » ; voilà ce que j’écris dans mon guide Mes 10 commandements pour mieux vivre son cancer du sein. Je parle de beauté extérieure mais pas que. Le rayonnement passe avant tout par une célébration intérieure. Une belle personne est une belle âme.


Ne pas confondre cultiver son féminin et cultiver sa féminité


La féminité, selon moi, c’est le fait d’avoir des artifices qui habillent notre corps. Féminité ne rime pas forcément avec authenticité. Cultiver son féminin est bien plus que faire briller tous les stéréotypes de l’image traditionnelle de la femme. Cultiver son féminin c’est faire resplendir sa lumière divine et donc sa beauté intérieure ; même quand la maladie frappe à notre porte.

Alors si on vit avec un cancer, rien ne nous empêche de nous poser ces questions :

  1. Qu’est-ce que je veux renvoyer comme image ?

  2. Qu’est-ce que je veux faire germer en moi ?

  3. Qui est-ce que je veux devenir ?

Même pendant la maladie, nous pouvons faire étinceler nos valeurs et nos forces ; et ainsi faire croître notre énergie sacrée.


Est-ce possible de cultiver son féminin pendant un cancer ?

Je vous rassure, le cancer du sein — ainsi que toute autre maladie lourde — ne nous interdit pas de cultiver notre beauté intérieure/extérieure et de faire germer notre Féminin ; en clair, notre Beauté avec un grand « B ».

La maladie est une source d’apprentissage ; elle n’arrive pas par hasard. La « mal-a-dit ». Que nous disent nos maux ?

L’énergie féminine continue de couler en nous, même quand nous sommes marqués par les épreuves de la vie. C’est notre corps qui est touché, pas notre âme. Alors oui, les traitements médicaux peuvent altérer notre éclat extérieur (alopécie, irritations cutanées, perte/prise de poids...).

C’est à nous, en tant que « femme forte » de faire ressortir notre lumière avec des subterfuges.

La spiritualité permet de mettre des mots sur les maux ; c’est un excellent moteur pour avancer vers sa guérison intérieure. Par exemple, nous pouvons utiliser la chromothérapie qui est la promesse de la guérison par les couleurs ;

« les couleurs sont énergie ».

Pour diffuser la Lumière, portons la Lumière. Et qui dit « lumière », dit bonne humeur et bonheur !


Célébrons le féminin en étant une source d’inspiration


Vivre avec une Épée de Damoclès au-dessus de la tête n’est certes pas facile mais cette épée doit être brandie comme un étendard. C’est l’arme de notre élévation spirituelle. Notre part sacrée doit rayonner et c’est à nous de savoir comment. Nous pouvons nous inspirer d’autres personnes qui ont réussi à guérir, s’élever, transmettre quelque chose sur terre, et ce, même pendant la maladie.

Nous pouvons imiter ces mentors car qui dit « Source » dit « énergie qui coule ». En les imitant, on crée ce qu’on pense !

Alors inondons-nous de tout ce qui nous fait du bien.

Faisons ressortir notre force intérieure, notre énergie divine, notre Féminin sacré.


Mes commandements pour célébrer mon féminin pendant la maladie

  1. J’aime sans rien attendre en retour

  2. Je cultive ma confiance en moi

  3. Je suis douce avec moi-même et les autres

  4. Je m’isole dans la nature le plus souvent possible

  5. Je réaligne mes chakras (méditation, Pilates, ...)

  6. Je prends soin de moi

  7. Je suis attentive aux synchronicités

  8. Je suis dans la gratitude

  9. Je laisse parler ma créativité (peinture, écriture, dessin...)

  10. J’écoute mon intuition

  11. Je prends du temps pour moi

Célébrer son féminin tout en ayant un cancer du sein est loin d’être un long fleuve tranquille. Mais en étant cette amazone de lumière, nous apprenons à voguer sur les vagues de la vie. Car nous avons toutes en nous les ressources nécessaires. N’oublions pas que nous sommes des êtres de lumière et que l’énergie sacrée coule dans nos veines. Impossible n’existe pas.

25 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

コメント


bottom of page