top of page

Mon retour sur " Les frangines" d'Adèle Bréau

Mon retour sur « les frangines » d’Adèle Bréau paru aux éditions JC Lattès

C'est le second roman de l’auteure et comme pour « haute saison », j’ai adoré le style, la plume et surtout cette finesse quant au travail sur les caractères des personnages.


Ce livre se dévore ! Je l’ai lu en deux jours (en faisant des pauses bronzage et piscine).



Mon avis :

Adèle Bréau arrive à crée des retournements de situation quand le lecteur ne s’y attend pas... ou plus.

Les chapitres sont courts et concernent justement un protagoniste féminin : les frangines et la nièce, Clarisse.


On suit donc les péripéties de cette fratrie qui rime avec « sorority » (pour la rime j’ai écrit en anglais… OK je sors).

Ici, trois « frangines » : Mathilde, Violette, Louise. Trois femmes différentes aussi bien physiquement que moralement. Les deux ainées à la fois complices et rivales (je ne spoilerai pas promis) et la cadette aussi brune que les deux autres sont blonde et rousse.

On suit donc ces trois femmes au destin « bien chargé » avec leurs faiblesses, leurs secrets les plus inavouables et surtout leur beauté d’âmes. Car même si elles sont belles de l’extérieur (l’auteure a vraiment bien travaillé leur physique et transmet leur personnalité à merveille), chacune irradie de l’intérieur.

J’ai un gros coup de cœur pour Violette pour laquelle, par certains côtés, je me suis retrouvée en elle.


Ma conclusion :

Ce que j’ai aimé ce sont les bonds en arrière aussi bien pour les sœurs que les parents.

On suit chapitre après chapitre ce qui amène cette fratrie à la Garrigue chaque été et pour quelle(s) raison(s) les sœurs s’aiment et se « chipotent ».

À chaque page qu’on tourne on en découvre un peu plus sur leurs secrets, leur passé. On suit leur cheminement et on en prend plein les yeux lorsque les vérités éclatent (des vérités qu'on est bien loin de s'imaginer ! ).

Et puis la fin… Ah cette fin ! Je l’adore !

Je prendrai plaisir à relire ce livre car il est impossible de se lasser de cette histoire.
 D’ailleurs, je la verrais bien adaptée en saga estivale…



Citation préférée :

Rien ne change en fin de compte. On croit devenir adulte mais à part le corps et les soucis, on reste les mêmes qu'il y a trente ans.




28 vues0 commentaire

Opmerkingen


bottom of page